Il faut dormir petit dragon
La neige tombait depuis deux jours sans s’arrêter. La forêt avait revêtu son beau manteau blanc, les animaux leur fourrure d’hiver et les plus frileux s’étaient envolés pour des pays ensoleillés toute l’année.
Les dragons, au chaud dans leur tanière, s’étaient assoupis pour toute la période froide. Ils hibernaient tous, enfin presque.
Dragolo, debout dans sa caverne, ne trouvait pas le sommeil. Quelle catastrophe ! Les dragons dormaient pour ne pas penser à la nourriture et si Dragolo restait éveillé, son estomac finirait par réclamer, gargouiller et le faire souffrir, et en cette période glacée, impossible de cracher du feu pour cuire son déjeuner.
Paniqué, le jeune dragon s’imaginait déjà en train de maigrir et de mourir de faim. Dragolo faisait les cent pas dans sa grotte, il tournait en rond.
Le pauvre sanglotait. Ses pleurs résonnaient dans toute la forêt, si bien que Loupiou, le lapin, lui rendit visite.
- Pourquoi pleures-tu, mon ami ?
- Tous les dragons se sont endormis sauf moi...
répondit Dragolo.
- Ne t’inquiète pas, je vais trouver une solution !
Et je te promet que bientôt tu ronfleras aussi fort qu’un vieux dragon grognon !
En un battement de pattes, le lapin détala aussi vite qu’une étoile filante, laissant Dragolo le nez enfoui dans son mouchoir.
Loupiou arriva en un rien de temps sous le grand chêne, le plus haut et le plus gros de toute la forêt. Il grimpa sur l’énorme rocher situé au pied du tronc et commença à crier :
- Oh ! Hé ! Oh ! Hé ! Amis de la forêt, j’ai besoin de vous !
Ses paroles portées par le vent glacial de l’hiver se propagèrent dans tous les recoins du bois.
Intrigués, les autres habitants des environs accoururent voir
ce qu’il se passait. Loupiou fut vite entouré d’une grande assemblée : Loups, lapins, cerfs, renards, ours, sangliers, hérissons, écureuils s’étaient réunis pour écouter l’annonce
du petit lapin. Attristés par la situation, tous décidèrent de se relayer auprès de Dragolo pour tenter de l’endormir.
Le premier, Monsieur Loup, raconta une histoire :
“Le petit chaperon rouge”, sa préférée. Au moment du passage où le chaperon questionne le loup déguisé en grand-mère, Monsieur Loup mima la scène, babines retroussées et crocs bien dévoilés :
- Que vous avez de grandes dents !
- C’est pour mieux te dévorer !

Texte Delphine DUMOUCHEL

Illustrations Valérie COX HAUMANT

Le loup fut si convainquant que Dragolo hurla et cacha ses yeux sous ses grosses pattes.
Loupiou gronda Monsieur Loup, qui partit vexé qu’on ne reconnaisse pas son talent de comédien.
La deuxième à essayer, Bonne Maman, la biche avait apporté toutes sortes de plantes : Camomille, verveine, aubépine et passiflore. Elle força Dragolo à en mâcher une grosse quantité de chacune. Malheureusement, au lieu de lui donner sommeil, toute cette verdure lui provoqua la nausée et un vilain mal de ventre. Bonne Maman, désolée, repartit en souhaitant bon courage à Loupiou qui ne voulait pas abandonner le dragon.
Tous les animaux de la forêt avaient défilé dans la tanière un à un avec des remèdes de grand-mère. Plus personne n’avait d’idée. Le lapin, triste, s’assit à côté de son ami et se mit instinctivement à fredonner. Dragolo se balança doucement
de gauche à droite et bâilla pour la première fois. Loupiou surpris mais heureux, pourquoi n’y avait-il pas songé avant : Une berceuse voilà la solution !
Le lapin avait chanté sans relâche trois jours durant. Il était épuisé mais soulagé. Dragolo s’était enfoncé dans le pays des rêves, paisiblement.
Victoire, mission accomplie, le dragonneau ne se réveillerait qu’à l’annonce du printemps !
Editions MK67