Tobias le pirate
Salut moussaillons ! Je m’présente ! Tobias, Tobias-le-pirate !
Attention pas un pirate de salle de bain ! Un vrai pirate des océans. Capitaine d’un beau grand navire avec une veste à galons, un chapeau à tête de mort, un sabre et vous avez remarqué ? Un crochet à la place de ma main droite.
Une vieille blessure de guerre infligée par mon ennemi de toujours. Sam-le-bigleux, un pirate lui aussi, mais c’était il y a bien longtemps… c’est du passé ! Et maintenant je vais vous présenter l’équipage de mon navire !
Alors tout d’abord il y a Gros Bill, maillot rayé, foulard sur la tête c’est une force de la nature avec un appétit d’ogre. Malheureusement pour lui, un jour où il prenait un bain de mer (le seul de l’année) il a croisé un requin encore plus glouton que lui, qui lui a croqué la jambe droite, comme çà
« CROC » et une jambe de moins pour Gros Bill !
C’est notre homme fort, il est capable de transporter un canon sur son dos ou de trouer la coque d’un bateau d’un seul coup de poing… Un vrai costaud !
Ensuite il y a Jo dit « la sardine », Mince et rapide comme l’éclair. Comment a t’il perdu son œil ? Nul ne le sait vraiment, mais on raconte qu’il l’aurait échangé avec une sorcière contre un magnifique diamant… Diamant qu’il aurait perdu depuis, en jouant aux cartes contre des pirates plus malins que lui. Mais évitez de lui en parler, sinon vous risquez de le mettre dans une terrible colère !
Et puis il y a Bingo, le perroquet.
Acheté sur un marché exotique à l’autre bout du monde, il ne sait que répéter « Coco, Coco » à longueur de journée, ce qui parfois donne vraiment mal à la tête ! Mais Bingo n’a pas son pareil pour dérober aux gens leurs objets précieux.
Ainsi tous les quatre avons nous pris le large sur notre beau navire, à la conquête des océans et de ses trésors. Mais la vie de pirate est périlleuse et nous avons dû affronter de nombreux dangers au fil de nos aventures.
Comme cette terrible tempête sur une mer déchainée. Avec des vagues dix fois plus hautes que notre navire qui tentaient de nous engloutir tout entier.
Sans oublier la fois où de retour des mers du sud nous avons croisé la route d’une pieuvre géante.
En fait elle s’ennuyait, seule au milieu de l’océan et aurait bien voulu nous entrainer dans sa grotte au fond de l’eau pour jouer avec notre bateau.
Heureusement pour nous, notre navire était bien plus rapide qu’elle et elle n’a jamais pu nous rattraper.
Il faut dire qu’en plus de la pieuvre qui nous poursuivait, nous étions très pressés… Oui très pressés de partir à la recherche du fabuleux trésor de Sam-le-Bigleux !
Quelques jours auparavant, Bingo avait réussi à voler la carte qui devait nous conduire jusqu’à lui.
Enterré sur l’île Tora-Torapa, il ne restait plus qu’à suivre les indications de cette carte et à nous la fortune !
Mais ce ne fut pas si facile que cela moussaillons. Oh que non ! A peine débarqués sur l’île nous fûmes capturés par une tribu de cannibales. Les indigènes ne parlaient pas notre langue mais nous comprîmes bien vite qu’ils voulaient nous cuisiner en plat principal pour l’anniversaire de leur chef. Nous étions bien mal partis et pas ravis de finir dans une soupe aux légumes ou ficelés façon rôtis comme des cochons.
Heureusement Bingo, mon fidèle perroquet, réussi à se sauver et à voler les clés de notre prison d’où nous nous échappâmes bien vite.
Repartis sur les traces du trésor, nous dûmes traverser des forêts inextricables avec des arbres immenses où se cachaient des bêtes sauvages, des serpents gigantesques et même des moustiques gros comme des papillons.
Ensuite il fallut franchir des rivières infestées de crocodiles affamés qui, si nous étions tombés n’auraient fait qu’une bouchée de nous !
Mais toutes ces frayeurs furent bien vite oubliées car nous avons enfin trouvé le trésor de Sam-le-Bigleux à l’endroit précis indiqué sur la carte. Une fois déterré il fallut le rapporter jusqu’au navire et ce ne fut pas une partie de plaisir, parole de pirate !
A quatre dans notre petite barque, encerclés par des requins, c’est grâce à notre grand courage et aux bras musclés de Gros Bill que nous avons pu regagner le bateau, sains et saufs.
C’est là, bien à l’abri dans ma cabine de capitaine, que nous avons enfin ouvert le coffre et découvert le trésor. Il y avait des pièces d’or en quantité, c’est bien simple nous n’en avions jamais vu autant de toute notre vie ! Pour sûr, à compter d’aujourd’hui, Gros Bill, Jo, Bingo et moi allons profiter de toutes ces richesses pour nous offrir des vacances bien méritées ! A nous la belle vie ! Mais tout d’abord ! Qu’on se le dise, je veux que l’on m’appelle désormais « Tobias-le-pirate qui n’a peur de rien »
Compris moussaillons ? Je compte sur vous !
TOC TOC TOC
Mais quel est ce bruit ?
TOC TOC TOC
On dirait… Mais oui… On frappe à la porte de la cabine…
TOC TOC TOC
Mais qui cela peut-il bien être ?
TOC TOC TOC
Ouh là là ! Je n’aime pas çà et il faut que je vous dise moussaillons…
J’ai quand même un peu PEUR !
Tobias ?
Tobias !
Ouf ce n’est que maman !
Et bien que fais-tu encore debout si tard à jouer dans ta chambre ? Il est grand temps d’aller au lit et n’oublie pas de te laver les dents.
Oui, d’accord maman !
Tu m’as fait peur j’ai cru que Sam-le-bigleux venais reprendre son trésor.
Voilà que la poignée de la porte s’abaisse…
La porte grince…
Elle s’entrouvre….
J’entends appeler TOBIAS… TOBIAS… TOBIAS !
C’en est fait de nous !
Mais non, rassure toi,
Sam-le-bigleux est retourné au pays des histoires de flibustiers et toi à présent tu vas faire de beaux rêves.
Bonne nuit mon gentil pirate.
Bonne nuit maman.

Texte et Illustrations Valérie COX HAUMANT

Editions MK67